Sortie cinéma: "La Chimère", ou l'impossible quête...

Après les bouleversants «Les Merveilles» et «Heureux comme Lazzaro», la réalisatrice italienne Alice Rohrwacher signe une nouvelle parabole touchée par la grâce et la poésie.

De retour dans sa petite ville du bord de la mer Tyrrhénienne, Arthur retrouve sa bande de Tombaroli, des pilleurs de tombes étrusques et de merveilles archéologiques, mais aussi la mère de son amoureuse disparue tragiquement, et toutes ses sœurs. A piller les tombes, Arthur se rapproche des morts, mais pourrait-il seulement se rapprocher un jour de son amour défunt?

C’est cette impossible quête et cette question du deuil et du vide qui est abordée ici dans un film magnifique où chaque séquence a une atmosphère particulière et est une belle proposition de cinéma: on suit avec un bonheur gourmand les aventures de ces pieds nickelés pilleurs de tombes, on découvre la poésie intense d’une mère qui refuse de quitter sa demeure en ruine au cas où sa fille revienne un jour, on s’éprend de la grâce du souvenir et on observe naître sous nos yeux la possibilité d’un nouvel amour. Du beau, du très beau cinéma.